Qu’est-ce que le cancer de l’ovaire?

cancer de l'ovaire

Le cancer de l’ovaire (CO) est une tumeur gynécologique peu fréquente. Cependant, trop souvent diagnostiqué tardivement (80% des cas à un stade avancé) son pronostique reste des plus pessimistes.

Le cancer de l’ovaire est la tumeur la plus agressive du système de reproduction féminin. Ses symptômes n’étant pas spécifiques, ils sont difficilement identifiables.
Il est donc important que chaque femme soit attentive aux changements qu’elle peut ressentir, surtout à partir de 65 ans lors de l’étape post-ménopause.

Être attentive aux symptômes

  • Fréquents: gonflement abdominal, douleurs pelviennes et abdominales fréquentes, sensation de satiété et de gonflement, perte d’appétit.
  • Occasionnels: besoin d’uriner fréquemment, constipation ou diarrhée, maux de dos, fatigue, perte ou prise de poids soudaine, nausées et vomissements, saignements et altérations du cycle.

Selon les experts, l’un des facteurs de risque du cancer de l’ovaire pourrait dépendre d’une exposition élevée aux œstrogènes liée aux antécédents menstruels de la patiente: apparition précoce des premières règles (moins de 12 ans) ou ménopause tardive (après 50 ans).

D’autres facteurs de risque à prendre en considération sont l’obésité, l’hormonothérapie substitutive (HTS) et les antécédents familiaux (mère, sœur, fille).

80% des cas sont diagnostiqués en phase avancée, cependant les progrès réalisés en matière de traitement du cancer sont très prometteurs.

Il existe plusieurs options thérapeutiques cependant le traitement offrant les meilleurs résultats consiste à effectuer une première chirurgie, dite chirurgie cytoréductrice. Il s’agit de l’extirpation macroscopique de toute la tumeur suivi d’un traitement de chimiothérapie et / ou de radiothérapie.

Consultez des chirurgiens spécialisés

L’importance de la chirurgie est primordiale car elle représente plus de 70% du succès du traitement.
Le Dr Juan José Torrent, chirurgien oncologue en gynécologie du J. Torrent Institute (hôpital El Pilar de Barcelone) recommande que « ces interventions chirurgicales très complexes soient réalisées par des professionnels ayant une grande expérience dans ce type de chirurgies.  »

Plusieurs publications scientifiques confirment ce point de vue, cependant la plupart des femmes confrontées à un diagnostique de cancer de l’ovaire, privilégient l’immédiateté du traitement sans avoir consulté auparavant l’opinion d’un chirurgien spécialisé.
“Notre objectif, dit le Dr Torrent, est d’assurer l’élimination maximale des marges de la tumeur afin de ne laisser aucune cellule cancéreuse qui aurait pénétré et affecté les autres organes de la cavité abdominale.”

Quels examens permettent de diagnostiquer le cancer de l’ovaire?

En complément de l’examen pelvien et de la cytologie réalisée lors des examens gynécologiques de routine, des tests complémentaires sont prescrits afin d’établir un diagnostique:

  1. Analyse des marqueurs tumoraux : Prise de sang mesurant les marqueurs CA-125. Une altération est un premier indice.
  2. Échographie transvaginale: ondes sonores de haute fréquence détectant les masses abdominales anormales.
  3. IRM et/ou scanner abdominal ou de la zone pelvienne afin d’évaluer si d’autres organes sont touchés et détecter la présence d’implants péritonéaux.

Si vous souhaitez diffuser des informations et vous impliquer dans la  et la prévention de la maladie nous vous recommandons de prendre contact avec l’association de patientes atteintes de cancer de l’ovaire de votre pays. Il existe également des organisations au niveau international.

Veuillez noter que le 8 mai correspond à la Journée Internationale du Cancer de l’Ovaire.

Mobilisez-vous : Chaque voix compte dans la lutte contre le cancer!

Quelles questions devrais-je poser à mon médecin si je suis atteinte d’un cancer de l’ovaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *