Unité de carcinose péritonéale

L’Hôpital El Pilar Quirón Salud est le premier centre privé de Barcelone qui dispose d’une Unité spécialisée en Carcinose Péritonéale, dirigée par les chirurgiens oncologues Dr François Quénet et Dr Juan José Torrent.

Carcinomatosis peritoneal

Carcinose péritonéale

La carcinose péritonéale est une forme de dissémination intra-abdominale du cancer d’origine gastro-intestinale, gynécologique ou du péritoine lui-même, et qui est diagnostiquée par la présence de nodules tumoraux sur la surface péritonéale.

Tous les organes de la cavité abdominale, comme l’estomac et l’intestin, ainsi que la paroi abdominale, sont recouverts d’une couche fine de cellules, dénommée « péritoine ».

Il n’y a encore pas si longtemps, la carcinose péritonéale était considérée comme un stade terminal de la maladie. Le développement de nouvelles techniques chirurgicales pour obtenir une résection macroscopique complète de la maladie a changé radicalement le pronostic de ces entités. Dans certains cas, la chirurgie est complétée par un traitement par chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (HIPEC / CHIP) afin de renforcer les effets bénéfiques de la chirurgie de cytoréduction complète.

 

La carcinose péritonéale est soit un stade avancé de tumeurs primaires du péritoine comme le mésothéliome péritonéal ou le pseudomyxome péritonéal, ou alors secondaire à un cancer d’origine ovarienne ou digestive.

La carcinose péritonéale est un stade avancé ou métastatique d’un cancer abdominal

Le plus commun est le cancer péritonéal, produit à partir des cellules disséminées par une tumeur primaire intra-abdominale. Les cellules parviennent au péritoine et commencent à se développer sur la surface péritonéale. Presque n’importe quelle tumeur primaire dans le corps peut causer cette maladie, cependant les organes abdominaux tels que le côlon, l’estomac et les ovaires, en sont plus fréquemment l’origine. Dans un scénario type, les cellules malignes se multiplient et forment de petits nodules tumoraux sur le péritoine.

Le pseudomyxome péritonéal

Le pseudomyxome péritonéal consiste en la présence de mucus ou de matière muqueuse sur la surface péritonéale. La cause la plus fréquente du pseudomyxome péritonéal est la rupture d’une tumeur appendiculaire. Aujourd’hui, grâce à la chirurgie de cytoréduction complète, combinée à la chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (HIPEC / CHIP), la survie moyenne dépasse les 16 années.

Le mésothéliome péritonéal

Le mésothéliome est une forme rare de cancer dérivé du mésothélium, qui est la couche de protection recouvrant la plupart des organes internes. Le mésothéliome pleural est le plus fréquent et sa cause la plus commune est l’exposition à l’amiante. Les nouvelles techniques chirurgicales comme les péritonectomies pour obtenir une résection complète de la maladie ont changé radicalement le pronostic de cette maladie, avec des taux de survies élevés.

Le cancer de l’ovaire et le cancer péritonéal primaire

Le cancer de l’ovaire est le deuxième cancer le plus fréquent parmi les cancers gynécologiques et celui qui enregistre le plus de mortalité. Il existe différents types de tumeurs ovariennes en fonction du type cellulaire, l’épithélial étant le plus fréquent. Le cancer péritonéal primaire ressemble et se comporte comme le cancer de l’ovaire, les deux étant capables de dériver en carcinose péritonéale. Dans les deux cas, le traitement recommandé est la chirurgie, suivie de chimiothérapie.

Le cancer colorectal et la carcinose colorectale

50% des patients diagnostiqués d’un cancer colorectal développeront une métastase au foie, au péritoine, au poumon, aux os ou au cerveau. Aujourd’hui grâce au développement de nouvelles techniques chirurgicales, la survie moyenne a été multipliée par 10 par rapport à la survie spontanée, et par 3 par rapport aux chimiothérapies systémiques les plus modernes.

Derniers articles

Consultez notre section FAQ